HAUTE-SAÔNE (70)

Chanteur de variété et musicien

 

Spectacle haut-RhineVoici un chanteur de variété, qui tout en étant musicien joue de l'accordéon et du piano. Professionnel, il a 25 ans d'expérience musicale et occupe également la fonction de professeur de chant.
Celui-ci s'adapte à vos demandes et propose des prestations sur mesure et répertoires personnalisés. Les domaines d'interventions sont variés et va des établissements de personnes âgées aux hôpitaux en passant par les restaurants, les associations et tout autres endroits.

Un large répertoire issu de la variété française peut être joué, des années guinguettes et musette, sous forme de récital de chant, de musique de danse et d'animation Karaoké.

Les déplacements de cet artiste se font régulièrement dans ce département. Tout en étudiant toutes autres propositions géographiques. Il dispose de matériel et de sonorisation entièrement professionnels.

 
  ....   ll

Groupe musique celtique en Haute-Sâone

 

Spectacle haute-SaoneComposé de huit personnes, le groupe de musique Celtique a vu le jour une bonne journée ensoleillé. Clavier, violon, guitare, biniou ainsi que bombarde et batterie sont les instruments au service de cette formation. Le tout complété par une à deux chanteuses. Ils reprennent les chants traditionnels en français, en anglais ainsi que du rock celtique.

Leur désir, faire remuer les gens et mettre une ambiance à son. Programmez un concert, une soirée et invitez ces musiciens, vous passerez en leur compagnie un agréable moment. Ils sont à votre disposition pour assurer l'animation musicale de vos après-midi et soirées de fêtes.

Leur disponibilité se fait en spectacle Haute-Saône mais également là ou ils sont demandés.

 
  http://www.myspace.com/korrigansronchamps    

Histoire par la page Spectacle enfants Haute-Saône

 

Le département de la Haute-Saône a été constitué, en 1790, avec des territoires qui tous appartenaient à la province de Franche-Comté, annexée à la monarchie seulement depuis le XVII siècle, et dans laquelle ils formaient le bailliage d'Amont, dont Vesoul était la capitale. Il n'est guère possible de remonter dans leur histoire au delà du I" siècle avant notre ère. Aucun monument proprement celtique n'y a été conservé, et la nomenclature même des peuples gaulois qui l'habitaient au moment de la conquête de César reste assez incertaine. Ils paraissent avoir appartenu à la grande confédération des Séquanes, dont la capitale était Besançon, et s'ètre trouvés de très bonne heure en lutte avec les Eduens, qui dominaient dans les vallées de la Saône et du Rhône moyen. Cette rivalité devait coùter à la Gaule sa liberté. C'est à la demande des Séquanes, incapables de tenir à eux seuls tète aux Eduens, que les Suèves d'Arioviste se décidèrent à franchir le Rhin, battirent dans une première rencontre les Eduens, et s'installèrent comme en pays conquis chez leurs alliés séquanes. Réconciliés devant le danger commun que leur faisaient courir les Germains, Séquanes et Eduens se liguèrent contre Arioviste. Mais après leur défaite d'Amagetobria (60 av. J.-C.) ils crurent sage de demander des secours à Rome, et Divitiacus vint exposer à César le péril commun de toute la Gaule. César n'était que trop tenté d'intervenir. Il fit demander une entrevue à Arioviste, qui la lui refusa avec hauteur. En l'an 58, après avoir défait, sur les rives de la Saône, les Helvètes, qui avaient eux aussi quitté leur territoire sous la pression des Germains, il marcha contre Arioviste, et, sans doute aux environs de Lure, le décida à sortir de son camp, et le força à la retraite après un terrible combat au cours duquel les Suèves perdirent 80.000 morts.

 
  http:/...    

Suite histoire offert par spectacle Haute-Saône

 

Le danger germain était pour un temps écarté; mais tout aussitôt apparaissait le danger romain : les légions s'établissaient en pays séquane, y construisaient des voies, des camps, et Vesuntio (Besançon) devenait le chef-lieu de la Maxima Sequanorum Provincia ou Grande-Séquanie. Beaucoup de vestiges gallo-romains de l'époque impériale ont été trouvés en Haute-Saône, soit à Luxeuil (Lusovium) dont les Romains dès les premiers jours de la conquête utilisèrent certainement les eaux thermales, soit à Port-sur-Saône (Portus Abucinus), à Saint-Loup (Grannum), à Noroy-lès-Jussey, Mantoche, etc.
Evangélisée dans le courant du 111• siècle par saint Ferréol et par saint Ferjeux, qui subirent le martyre à Besançon, l'an 212, les pays de la Haute-Saône eurent particulièrement à souffrir des invasions barbares, surtout celles des Alamans en 260, en 29G et en 350. Enfin, en 406 et 407, le flot des Hérules, Suèves, Vandales, Gépides submergeait et ruinait complètement la Grande-Séquanie, dont les derniers venus parmi ces envahisseurs, les Burgondes, en 413, restaient définitivement les maîtres. En 451, Attila pillait sur son passage Luxeuil et la forteresse de Grannusn. Texte proposé par spectacle haute-Saône.

 
  http:/...