HAUTE-MARNE (52)

Fanfare Haute-Marne

 

fanfare Haute-MarneFanfare formée par la rue, l'école de la vie. Au bout de quelques répétitions, la formation commenca à se produire dans les cafés concerts et fêtes de villages puis enchaîna les concerts.

Le public les adorent et sont remarqués par des professionnels du spectacle Haite-Marne qui les font tourner et leur permet de partager la scène en première partie de groupes renommés. Leur monde nous entraîne entre fêtes traditionnelles roumaines, barmitsva juive et musique amplifiée d'occident.

La timidité ! il ne connaissent pas et le public les plébiscite à chaque passage. Ils sont unis comme les doigts d'une main. C'est nécessaire pour diffuser un bon son et aller tous dans le même sens. Ils adorent mettre le feu et relever les ambiances. Ne pas hésiter à leur donner de la bière et du bon vin pour les réchauffer en hiver. C'est le carburant de la saison et cela fait comme l'essence, on donne un coup chaud a leur moteur et leur spectacle n'en sera que mieux.

 

Histoire Haute-Marne

 

Les anciennes provinces de Champagne, de Bourgogne, de Franche-Comté et de Lorraine ont très inégalement, en 1790, contribué à la constitution du département de la Haute- Marne. A la première appartenaient les pays du Perthois, du Bassigny et du Vallage, c'est-à-dire les neuf dixièmes de son territoire actuel; la Bourgogne n'a fourni qu'une trentaine de communes, de même que la Lorraine, et la Franche-Comté moins encore dans l'arrondissement de Langres. Toute la région du plateau de Langres et des terrasses qui le bordent au Nord parait avoir été occupée par la confédération des Lingons. Les Catalauni, dont le principal
centre était Chàlons-sur-Marne, ne dominaient que sur la partie nord-ouest de Factuel département. Les Lingons, nombreux et braves (ils figurèrent parmi les peuples gaulois qui envahirent l'Italie du Nord), acceptèrent, sous la menace de l'invasion d' Arioviste, l'alliance de César, et lui restèrent fidèles pendant toutes ses campagnes. La domination romaine devait laisser dans leur pays d'importantes traces. Langres, sous le nom d'Audemantununi, fut une des grandes villes de la Gaule. Huit voies en partaient, à destination de Lyon, Bour-ges, etc.; un arc de triomphe : la Porte Gallo-Romaine, y a subsisté, et des fouilles, notamment sur la Montagne du Chàtelet, à Bourbonne, etc., ont amené la découverte de nombreuses antiquités. C'est pourtant chez les Lingons que se produisit vers l'an 68, la tentative de soulèvement restée surtout célèbre par le malheur et le dévouement mutuel de Sabinus et d'Eponine. Sabinus, tandis que les faibles successeurs de Néron se disputaient le pouvoir, et que Civilis se mettait à la tête des Bataves révoltés, avait pris le titre impérial. Texte offert par la page spectacle enfants Haute-Marne pour le plaisir.

 
  http:/...    

Suite histoire Spectacle Haute-Marne

 

Mais l'avènement de Vespasien rétablit l'ordre. Sabinus, abandonné par ses partisans, et pourchassé par les soldats romains, se cacha pendant huit ans dans une grotte, que les traditions locales placent près de la source de la Marne. Sa femme Eponine était restée à ses côtés; et, lorsque Sabinus fut découvert, fait prisonnier, et amené à Rome, elle essaya inutilement de fléchir Vespasien, et demanda à subir la mort avec son mari.
Evangélisé par saint Bénigne et par saint Memmie, ce dernier évêque de Chàlons, le pays eut à souffrir, dès le VI siècle, des invasions des Alamans (264), et plus tard des incursions des Alains, des Suèves (406), des Huns (451), et enfin des Burgondes qui seuls s'y établirent d'une façon stable. Ce fut, a-t-on raconté, l'évêque de Langres Aprun-
culus qui négocia le mariage de Clovis avec Clotilde, nièce du roi Gondebaud. Depuis lors, la région suivit la destinée du royaume de Bourgogne, indépendant jusqu'en 534, réuni à cette date à la monarchie franque, compris dans l'Aus-trasie dès le début du. vue siècle, et, après la disparition de la monarchie carolingienne, gouverné par un certain nombre de maisons féodales, dont la plus forte, dans le nord du pays, fonda en 923, avec Herbert de Vermandois, la puissante maison de Champagne, dont les destinées se confondirent, en 1285, avec celles du royaume de France, par le mariage de Philippe le Bel avec Jeanne, fille du comte Henri III le Gros. Texte offert par la page spectacle Haute-Marne.

 
  http:/...